Connexion
7 033 Livres Blancs | | |

Le rapport des salariés au temps de travail

Ce livre blanc s’appuie sur une enquête réalisée en exclusivité par Opinionway pour Horoquartz auprès de 1036 collaborateurs d’entreprises publiques et privées pour vous livrer un rapport complet des salariés vis-à-vis du temps de travail.

Obtenir le livre blanc

 

Introduction ou extrait du livre blanc

"Si 43% des répondants à l’étude déclarent travailler plus que leur contrat de travail, ce sentiment est plus prégnant chez les cadres qui sont 59% à mentionner un temps de travail supérieur.

A contrario, les employés et ouvriers ne sont que 34% dans la même situation. Le secteur d’activité a une influence de près de 20 points sur cet indicateur. On remarque que les dépassements sont moins fréquents dans les secteurs où le temps de travail a été historiquement encadré et mesuré (industrie, transport…).

Dans le tertiaire (services, commerce, banqueassurance…), les dépassements d’horaires concernent de 47 à 53% de la population. Les contraintes liées à l’activité de ces secteurs, notamment les horaires d’ouverture au public ou le service à la clientèle ont probablement un effet significatif. Mais une autre explication peut également être envisagée : celle d’un cadre réglementaire, conventionnel et peut-être même syndical moins « structurant » dans ces métiers que dans d’autres activités sur le plan des horaires.

On note également que les salariés du secteur public sont plus nombreux que la moyenne nationale à rapporter des dépassements d’horaires. On retrouve ici aussi un écart important de perception suivant la catégorie à l’instar du secteur privé. Une étude de la CFDT avait d’ailleurs montré sur ce point des différences significatives entre les fonctionnaires des catégories B et C.

La taille de l’entreprise est également un critère de variabilité. Plus l’entreprise est petite et plus les dépassements d’horaires sont nombreux, avec 9 points d’écart entre les grandes entreprises et les TPE. Enfin, les salariés itinérants sont plus nombreux à rapporter des temps de travail supérieurs à ceux de leur contrat que les collaborateurs sédentaires.

La présence d’une badgeuse dans l’entreprise a une incidence modérée sur ces résultats. On observe ainsi que le nombre de salariés qui indiquent faire le nombre d’heures mentionné dans leur contrat passe de 49 à 53% quand l’organisation est dotée d’un système de badgeage. Le nombre de répondants qui indiquent dépasser leur base contractuelle baisse de 44 à 42%.

Cette évaluation par les salariés eux-mêmes de leur temps de travail effectif par rapport au temps de présence n’est finalement pas si différente de l’estimation faite par les managers lors d’une étude précédente. Ceux-ci indiquaient en effet un ratio moyen pour leurs équipes de 81,5%. Le secteur d’activité, la taille de l’entreprise, le statut n’ont pratiquement aucune incidence sur ces chiffres.

On retrouve les tendances avec des variations de l’ordre de 2 à 3 points au maximum sur ces critères, cadres et employés/ouvriers sont pratiquement à égalité parfaite (85,7% vs 85,6%).

Même s’ils ne sont que 4 sur 10 à indiquer disposer d’un système de badgeage, près de 6 salariés sur 10 reportent leur temps de travail de façon plus ou moins précise. Les cadres sont presque aussi nombreux à le faire que les employés/ouvriers (55% vs 58%). Le secteur d’activité a une influence de près de 15 points dans ce suivi.

Si traditionnellement on justifie plus son temps de présence dans certains secteurs comme l’industrie ou le commerce, ce ratio tombe à 53% dans la banque-assurance et à 48% dans le transport. La taille de l’entreprise a également une influence significative, 51% seulement des salariés de TPE déclarent reporter leur temps de travail, à comparer avec 64% dans les PME et 63% dans les ETI."

Le rapport des salariés au temps de travail