Connexion
7 553 Livres Blancs | | |

Les matériaux du futur

Ce livre blanc fait le point sur les matériaux remarquables du futur.

Obtenir le livre blanc

 

Introduction ou extrait du livre blanc

"Le transport d’électrons sera-t-il bientôt has been ? Possible, car la découverte des scientifi ques de Harvard prouve que l’on peut déplacer des charges électriques en utilisant des ions à la place des électrons. L’équipe a réussi à fabriquer un prototype de haut-parleur très original. Une fi ne couche de caoutchouc est emprisonnée entre deux couches d’un gel à base d’eau salée.

Dès qu’un courant électrique traverse le gel, le caoutchouc se contracte et vibre, reproduisant le fonctionnement d’un haut parleur classique. Les sons émis vont de 20 Hz à 20 000 Hz, soit le spectre auditif humain.

Et ça marche, les ingénieurs ayant diffusé de la musique classique avec leur haut-parleur ionique. Pari gagné, donc, pour l’équipe de Jeong-Yun Sun et ses confrères du SEAS (Harvard school of Engineering and applied sciences). Le bon fonctionnement de ce qui n’est encore qu’un prototype montre que la technologie de conduction ionique a de l’avenir.

Bien que plus lourds et donc plus lents à conduire le courant, les ions se présentent comme une alternative prometteuse. Le conducteur ionique présenté dans la prestigieuse revue Science est transparent et étirable, sans que sa résistance électrique n’en soit altérée. Deux avantages précieux auxquels s’ajoute le fait d’être un matériau biocompatible.

Les applications sont nombreuses. On peut imaginer un tel haut-parleur collée sur la surface d’un téléviseur ou d’un Smartphone, le son serait alors émis directement par l’écran. Il serait aussi possible d’utiliser un tel système sur les vitres d’un logement pour annuler les sons extérieurs. Mais les ingénieurs de Harvard visent surtout des applications médicales.

« Construire des systèmes ioniques peut permettre de récréer de nombreuses fonctions corporelles : sensitivité, transport de signal, mouvement. Nous nous approchons réellement des machines souples qui existent en biologie » précise Christoph Keplinger, co-auteur de l’étude. En effet, grâce à la biocompatibilité des gels, il devient possible d’imaginer des organismes vivants comme par exemple des muscles ou de la peau artificiels."

Les matériaux du futur